C’est vers la fin de mois de janvier que moi et un nouveau partenaire de pêche sommes allé à la marina du Nid de l’Aigle de maskinongé afin de pêcher à l’intérieur des îles de Sorel. Mon but était de prendre du doré, du brochet ou, du moins, quelques lottes.

Nous étions peu informés sur l’endroit et nous n’avons probablement pas choisi un bon emplacement pour pêcher… résultant à une journée plutôt tranquille. Il faut dire que je n’avais pas été très vaillant et fait aucune exploration. Le secteur était divisé par lots où étaient installées des cabanes de pêche, nous étions dans une drop importante avec beaucoup de courant alors que nos voisins pêchaient sur un plateau. Ils semblaient avoir un certain succès, et pas nous.

Mais j’ai quand même pris une petite lotte d’environ 40 cm, in extremis, à notre départ. Ce fut ma 2e espèce de mon défi 2018.

 

 

Je suis retourné quelques semaines plus tard avec un autre partenaire. À cause de certains inconvénients n’ayant aucun lien avec la pêche, nous décidèrent de pêcher très tard, de soir et même de nuit… remballant le matériel vers les deux heures du matin. Le but ? Je souhaitais avant tout pêcher… quand tout est préparé, c’est dommage d’annuler à la dernière minute. Également, je croyais que la lotte mordrait toute la nuit et que j’aurais l’occasion d’en attraper une géante. Étant petit j’ai mémoire d’avoir attrapé, sur le lac Saint-Pierre, des lottes de bonne longueur et qui livraient de bon combat.

 

 

Malheureusement non, j’en pris seulement trois, toutes entre 35 et 45 cm. Sachant que la taille moyenne d’une loche est 55 cm, je ne pris rien valant réellement une photo… et ça ne valait probablement pas les conditions météorologiques un peu désagréables que nous avons dû affronter (de forts vents, de la pluie, du verglas et finalement une tempête de neige). Heureusement, nous avions une bonne tente, un bon moral, quelques bières et une bouteille d’amaretto.

About The Author

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.